Le gouvernement investit 500 millions dans les start-ups de deeptech pour soutenir les chercheurs

Date:

Selon un rapport de Bpifrance, environ 250 start-ups de deeptech ont vu le jour en 2021. Le gouvernement espère en voir émerger 500 nouvelles par an d’ici 2030, dans le but de participer à l’effort de réindustrialisation du pays et de préserver sa souveraineté technologique. Pour atteindre cet objectif, les mesures annoncées aujourd’hui visent à aider les chercheurs à surmonter les barrières psychologiques à l’entrepreneuriat et à simplifier les processus de financement et de lancement de start-ups.

Les pôles universitaires d’innovation (PUI) devraient jouer un rôle clé dans cet effort en permettant aux chercheurs de mieux révéler le potentiel de leurs innovations, en gérant les enjeux de propriété intellectuelle et de contractualisation, en facilitant le partage de données et en intensifiant les relations entre les chercheurs et le monde économique. Au total, 25 PUI devraient être labellisés d’ici à l’été.

Le gouvernement a également annoncé qu’il investirait 500 millions d’euros dans les start-ups de deeptech afin de les aider à industrialiser leurs technologies de rupture. Cet investissement vient s’ajouter aux fonds déjà mobilisés dans le cadre du plan deeptech lancé en 2019 par Bpifrance.

Enfin, le gouvernement souhaite également encourager les chercheurs à se lancer dans l’entrepreneuriat en mettant en place un dispositif de formation spécifique et en créant un réseau de mentorat pour les accompagner dans leur démarche.

En somme, ces mesures visent à soutenir les start-ups de deeptech et à encourager les chercheurs à se lancer dans l’entrepreneuriat afin de participer à l’effort de réindustrialisation du pays et de préserver sa souveraineté technologique.