Les banques britanniques restreignent l’accès au crédit, comme en 2008

Date:

Au Royaume-Uni, les banques restreignent les conditions d’accès au crédit comme jamais depuis la crise financière de 2008. Selon le sondage trimestriel de la Banque d’Angleterre (BoE), l’indice mesurant la disponibilité du crédit s’est contracté de plus de 30 % sur le quatrième trimestre 2022. Cette contraction touche aussi bien les crédits immobiliers que les crédits à la consommation et les cartes de crédit. Il semble que cette tendance va s’installer dans la durée, car les conditions d’accès au crédit s’étaient déjà dégradées au troisième trimestre.

Cette situation est liée à la dégradation du pouvoir d’achat des ménages britanniques. Alors que le pays est confronté à une inflation de plus de 10 %, les salaires ne suivent pas la même dynamique. Le niveau de vie des ménages risque donc de chuter de 7 % entre 2022 et 2024, un décrochage jamais observé en 70 ans.

Cette situation est d’autant plus préoccupante que plus de la moitié des ménages britanniques sont endettés. Selon la Financial Conduct Authority (FCA), 57 % des ménages sont endettés. Les prix élevés de l’immobilier incitent les Britanniques à s’endetter sur des prêts immobiliers à taux variables, ce qui les rend vulnérables à la hausse des taux d’intérêt. Les prêts étudiants sont également monnaie courante, avec près d’un tiers des 25-34 ans qui remboursent encore un prêt étudiant. Le ratio de dette sur revenus disponibles atteint donc 139 % au Royaume-Uni, contre 119 % pour la France.

Malgré un niveau relativement élevé d’endettement, la Banque d’Angleterre s’était voulue rassurante lorsque les perspectives économiques ont commencé à s’assombrir. Cependant, le dernier sondage de la BoE indique qu’il pourrait y avoir une hausse des taux de défaut sur les crédits aux particuliers dans les trois prochains mois. Il est donc important de surveiller l’évolution de cette situation et de prendre des mesures pour limiter les risques pour les prêteurs et le système financier.