La communauté crypto s’oppose fermement à l’assouplissement des règlementations françaises.

Date:

Des acteurs du secteur des crypto-monnaies affirment que les nouvelles réglementations encadrant leur activité seront difficiles à mettre en œuvre et extrêmement coûteuses. La nouvelle réglementation a été adoptée suite à la faillite retentissante de FTX, mais les acteurs considèrent que cela ne suffira pas à éviter d’autres scandales similaires et risque même de freiner l’innovation dans ce secteur en France.

A partir du 1er juillet 2023, les prestataires de services sur actifs numériques (PSAN) devront obtenir un enregistrement renforcé auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF), ce qui impliquera notamment la mise en place d’un système de sécurité adéquat et la démonstration d’un dispositif informatique suffisamment sécurisé pour éviter les cyberattaques.

Cependant, les acteurs du secteur des crypto-monnaies affirment que ces nouvelles exigences sont complexes à mettre en place et qu’ils manquent de lignes directrices claires de la part du régulateur. Obtenir une certification coûte extrêmement cher et peut s’avérer difficile, notamment pour les entreprises qui n’ont pas encore commencé leur activité.

De plus, les acteurs considèrent que cette réglementation est inéquitable car elle ne s’applique qu’aux nouveaux acteurs et pas aux autres, ce qui ne permettra pas la protection du public. Ils estiment également que cela nuira à la compétitivité des acteurs français, qui seront les seuls au monde à devoir se conformer à des règles aussi strictes.

En somme, les acteurs du secteur des crypto-monnaies sont sceptiques quant à l’efficacité de la nouvelle réglementation et craignent que cela ne freine l’innovation dans ce secteur et ne nuise à leur compétitivité.