Mirakl a atteint un chiffre d’affaires annuel récurrent de 135 millions de dollars en 2022

Date:

Mirakl, l’éditeur français de places de marché pour les entreprises, a connu une année fructueuse en 2022. Son volume d’affaires a augmenté de 43 % pour atteindre 6 milliards de dollars, soit près de deux fois plus qu’en 2020. Le revenu annuel récurrent (ARR) de la start-up a également augmenté pour atteindre 135 millions de dollars, contre environ 100 millions en 2021. Mirakl se classe ainsi comme la première pépite de la French Tech à revendiquer le statut de centaure, une start-up avec un ARR supérieur à 100 millions.

L’entreprise a enregistré 63 % de son volume d’affaires en Europe, Afrique et Moyen-Orient, et 37 % en Amérique du Nord et du Sud et en Asie. Les marketplaces BtoC représentent 86 % de son volume d’affaires, une augmentation de 38 % en un an, tandis que les marketplaces BtoB représentent 14 %, une augmentation de 76 %. En dépit d’un contexte difficile, les modèles de marketplaces se sont montrés résilients.

Malgré le fait que la société ne communique pas sur son Ebitda, elle dispose d’un bon matelas financier grâce à deux levées de fonds importantes en 2020 et 2021, pour un montant total de 555 millions de dollars. Mirakl n’a donc pas besoin de lever de fonds à court ou moyen terme.

En 2022, Mirakl a effectué deux acquisitions importantes. La première, Target2Sell, une jeune pousse spécialisée dans la personnalisation de sites e-commerce et la curation de contenus, a permis à la société de développer une solution dans le « retail média », qui permettra aux clients de monétiser les espaces publicitaires sur les sites des e-commerçants à partir d’avril. La seconde acquisition, Payout, est une solution de paiement qui simplifie le versement de fonds aux vendeurs et améliore les processus de conformité et de gestion des licences internationales. Ce service sera lancé cet été.

Enfin, Mirakl a recruté Eric Heurtaux en tant que directeur financier pour continuer à se structurer financièrement. Eric Heurtaux a travaillé auparavant pour Worldline, filiale d’Atos spécialisée dans le secteur des paiements.