L’afflux de start-up d’IA générative entraîne une augmentation des investissements en capital-risque.

Date:

Les fonds de capital-risque cherchent actuellement la future star de l’intelligence artificielle générative, un type d’IA qui permet de générer des textes, images et vidéos à partir de contenus existants. En effet, depuis l’automne dernier, l’engouement autour de ChatGPT et de DALL-E, programmes issus du laboratoire OpenAI, a stimulé l’envoi massif de dossiers par les start-up aux sociétés de gestion, en espérant profiter de la vague alors que le marché du capital-risque tourne au ralenti depuis plusieurs mois. Pour les fonds d’investissement, c’est une occasion de trouver une pépite, mais il faut encore faire le tri.

Les prototypes « faciles » à construire sont les plus représentés et s’adressent à un large spectre de métiers et de secteurs. Les projets d’infrastructure sont encore rares en raison de la rareté des talents dans ce domaine, mais cela devrait changer rapidement.

Toutefois, la bulle autour de l’IA générative est sujette à la méfiance, car certains projets peuvent être considérés comme du pipeau, ne créant pas de nouveaux modèles et n’étant pas assez innovants.

Les fonds s’efforcent de faire le tri correctement en vérifiant la qualité de la présentation des projets, l’expertise des équipes et leur capacité à relever les défis.