Le logiciel de paie N2F séduit le fonds PSG

Date:

Une start-up basée dans l’Ain a réussi à lever 24 millions d’euros auprès d’un spécialiste du « growth equity », malgré le fait qu’elle avait jusqu’à présent financé elle-même son activité. N2F, une fintech de gestion des notes de frais, est l’une des rares entreprises de la French Tech à préférer rester discrète. Elle a connu une croissance de 78% en 2022 et est rentable depuis sa création en 2019. La société a été créée en 2015 en interne au sein d’Okteo, une entreprise de services numériques spécialisée dans le monde agricole. Elle a ensuite pris son indépendance en 2019 tout en laissant Okteo détenir 20% de son capital. N2F compte actuellement plus de 10 000 clients, de la PME à la grande entreprise, et est disponible en onze langues.

La gestion américaine multiplie les investissements et les acquisitions en France ces derniers mois, cherchant à faire de ses investissements des leaders européens. Les fonctionnalités de l’application N2F comprennent la prise en photo des notes de frais, la gestion des plafonds, le contrôle antifraude et l’intégration automatique à la comptabilité. La jeune entreprise revendique avoir réussi à diviser par quatre le temps nécessaire pour traiter une note de frais.

Le secteur de la note de frais est très concurrentiel, avec des acteurs historiques tels que Cegid et SAP d’un côté et des fintechs comme Spendesk, Mooncard, Expensya et Jenji de l’autre. Malgré cela, N2F a réussi à se différencier en proposant une application intuitive avec une expérience utilisateur de qualité. Le marché est vaste, en particulier auprès des PME qui n’ont pas encore adopté ce type de solution.