Le nouveau plan de Lydia visant à devenir rentable

Date:

La fintech française Lydia abandonne son modèle de « super-app » financière pour se concentrer sur des services plus spécifiques. Ainsi, elle a obtenu un agrément de société de financement qui lui permettra de proposer du crédit et de se lancer dans le paiement e-commerce. La stratégie de la « super-app » n’a pas fonctionné car il faut avoir les dépôts des clients pour devenir une telle application, un agrément bancaire que peu de fintechs ont obtenu.

Lydia a donc décidé de se tourner vers le crédit, mais l’entreprise n’a pas encore défini le contenu et la date de sortie de cette offre. Lydia ressemble maintenant à une néobanque de base avec un encart pour le transfert d’argent, un accès à son compte courant et ses cartes bancaires, et la liste des dernières transactions.

Les services hors paiement sont payants, alors qu’ils étaient gratuits jusqu’à une certaine limite d’utilisation. L’offre de trading d’actions et de cryptomonnaies, lancée avec Bitpanda, n’a pas rencontré un grand succès, notamment en raison de la chute du Terra, un célèbre stable coin.

Lydia se lance également dans le paiement BtoB avec une solution déjà développée en 2014. Cette activité ne représentera qu’une petite ligne de revenus en 2023, alors que 85 % des revenus de Lydia provenaient des abonnements et des commissions sur le trading avant la mise à jour.