Les banques cherchent à se redresser suite à l’affaire Credit Suisse et en prévision de la décision monétaire de la BCE

Date:

La Bourse de Paris a regagné quelques points après avoir subi sa plus forte baisse en plus d’un an, causée par les inquiétudes concernant la santé financière de Credit Suisse. Bien que les banques affichent des gains limités, les marchés restent nerveux en attendant la décision monétaire de la Banque centrale européenne (BCE).

Le rebond de la Bourse de Paris en ouverture est dû en partie à la décision de Credit Suisse d’emprunter jusqu’à 50 milliards de francs suisses auprès de la banque centrale helvète, ce qui a rassuré les investisseurs. Cependant, les récents troubles qui ont secoué le secteur bancaire ont eu un impact sur la décision que prendra la BCE sur ses taux d’intérêt cet après-midi, étant la première à communiquer sur sa politique monétaire depuis la chute de Silicon Valley Bank et de deux autres banques régionales américaines.

Le Cac 40 a ainsi gagné 1,15% à 6,964.46 points, mais reste en-dessous des 7,008.82 points inscrits peu après l’ouverture. Les valeurs bancaires telles que BNP Paribas, Crédit Agricole et Société Générale ont repris quelques points, mais la méfiance du marché à l’égard du secteur est toujours présente.

Credit Suisse a pris des mesures pour rassurer les investisseurs, notamment en rachetant pour 3 milliards de francs suisses d’emprunts libellés en euro et en dollar. Le patron de la Saudi National Bank, premier actionnaire de Credit Suisse, a déclaré sur CNBC que la panique qui a balayé les marchés n’est, selon lui, pas justifiée et qu’il n’y avait eu aucune discussion entre les deux banques sur une quelconque demande d’assistance.

L’onde de choc qui a secoué les marchés ces derniers jours a incité les investisseurs à se tourner vers des actifs dits refuge tels que les emprunts d’Etat, et à réévaluer leurs anticipations en termes de resserrement monétaire de la part des banques centrales. Les responsables de la BCE ont indiqué à plusieurs reprises qu’une hausse de 50 points de base était très probable, mais les marchés n’évaluent cette probabilité qu’à 10%.

La décision de la BCE sera difficile étant donné le stress bancaire actuel, et il est difficile de prévoir le poids qu’accorderont les responsables monétaires à la situation bancaire par rapport à l’inflation. La BCE sera la première grande banque centrale à décider de ce qu’il faut faire face à la crise bancaire, et sa décision pourrait modifier les anticipations concernant les autres banques centrales. Le communiqué de la BCE sera publié à 14h15, suivi par la conférence de presse de Christine Lagarde à 14h45.