Est-ce nécessaire de se dépêcher pour vendre son bien immobilier ?

Date:

En raison de la hausse des coûts du crédit, les acheteurs sont de moins en moins nombreux et négocient davantage. Cela entraîne une correction des prix du marché immobilier. Pour maximiser leurs chances de vendre, les vendeurs devraient se concentrer sur l’état de leur bien, voire envisager une rénovation énergétique pour les maisons considérées comme des passoires thermiques.

Actuellement, il est préférable d’être acheteur plutôt que vendeur d’un bien immobilier. Après plusieurs années d’euphorie où les biens se vendaient facilement à des prix en constante augmentation, les prix ont finalement commencé à stagner ou à baisser de 1 % à 2 % dans des villes telles que Paris, Lyon, Toulouse, Rennes, Nantes, Marseille et Bordeaux. En outre, le nombre de transactions a chuté de 4 % en moyenne sur un an, selon l’analyse de la Fédération nationale de l’immobilier (Fnaim) en mars.

Les vendeurs qui ont acheté leur bien immobilier à un moment où les prix étaient au plus haut risquent d’être déçus s’ils comptaient sur une augmentation constante des prix. En outre, ils sont confrontés à une difficulté supplémentaire depuis plusieurs mois : trouver des acheteurs solvables. Bien que certains acheteurs n’aient pas besoin de contracter un prêt pour acheter un bien, la grande majorité doit souscrire un prêt bancaire. Cependant, les taux d’intérêt augmentent, ce qui réduit mécaniquement le pouvoir d’achat des acheteurs potentiels et peut même entraver certains projets.

Selon Meilleurtaux, la hausse des taux d’intérêt entraîne une perte de pouvoir d’achat de 15 000 à 20 000 euros en moyenne. Bien que cela ne représente que quelques mètres carrés dans de grandes villes comme Marseille ou Lyon, cela peut représenter une pièce de moins dans des villes de taille moyenne comme Auxerre ou Saint-Étienne.

Les vendeurs sont donc réticents à consentir une baisse de prix de 15% à 20% pour compenser l’augmentation des taux d’intérêt. Toutefois, avec des taux plus élevés, il est plus probable que l’acheteur ne puisse pas obtenir son prêt. Par conséquent, le vendeur devrait accueillir à bras ouverts les acheteurs solvables et même offrir une remise à ceux qui peuvent acheter sans contracter de prêt.

Dans ce contexte, il est conseillé aux personnes ayant un projet de vente de ne pas trop attendre, en particulier dans les villes où les prix ont beaucoup augmenté ces dernières années, comme Bordeaux. Pour maximiser leurs chances de vendre, les vendeurs devraient s’efforcer d’améliorer l’état de leur bien, en réparant ce qui peut l’être.