La licorne crypto Ledger lève 100 millions d’euros

Date:

Ledger, la start-up spécialisée dans le stockage de cryptomonnaies, a vu sa valorisation atteindre 1,3 milliard d’euros moins de deux ans après avoir obtenu le statut de licorne. Le chiffre d’affaires de l’entreprise est resté stable en 2022, ce qui est considéré comme un double petit exploit dans un marché baissier. Pascal Gauthier, PDG de la start-up, estime que les investissements levés en 2021 sont suffisants pour permettre à l’entreprise de continuer à investir et être prête pour le prochain marché haussier qui arrivera probablement en 2024 ou 2025.

Au cours de ce nouveau tour de table, trois nouveaux investisseurs sont entrés au capital, tandis que les investisseurs existants ont également remis au pot. Malgré la baisse du marché des cryptomonnaies, la start-up a enregistré des résultats records, avec son meilleur trimestre de l’histoire, notamment grâce à la chute de grandes plateformes d’échanges qui ont souligné l’importance de détenir soi-même ses actifs numériques.

La start-up, qui assure la sécurité de plus de 20 % des cryptomonnaies et 30 % des NFT dans le monde, n’a cependant pas réussi à augmenter son chiffre d’affaires en raison de la baisse du marché et de l’envolée des cryptos en 2021. Néanmoins, ses ventes aux institutions financières et aux marques qui souhaitent se lancer dans le Web3 sont considérées comme « importantes ».

Pour séduire les marques, Ledger a attiré deux recrues de poids : Sébastien Badault, ancien directeur d’Alibaba pour la France, et Ian Rogers, ancien patron du digital du groupe LVMH. La start-up s’inspire d’Apple et prévoit de dévoiler un nouveau wallet environ tous les deux ans. Bien que la diversification de ses revenus ait considérablement progressé ces dernières années, l’activité de Ledger est dépendante de la réglementation. Pascal Gauthier reste cependant confiant quant à un changement rapide de réglementation.