Quel est le véritable coût d’une rénovation énergétique ?

Date:

Avant de prendre une décision sur l’achat ou la rénovation d’une passoire thermique, il est préférable de chiffrer précisément le projet. En effet, il peut y avoir un écart important entre la théorie et la pratique, qui peut se transformer en un fossé infranchissable.

Le coût d’une rénovation énergétique varie généralement de 250 à 500 euros par mètre carré, selon les professionnels du secteur. Cependant, de nombreux facteurs doivent être pris en compte, tels que la superficie de la propriété à rénover, l’année de construction, le type de chauffage, l’adresse et le statut (individuel ou copropriété).

Pour avoir une idée précise des coûts, « Les Echos » ont interrogé des spécialistes de la rénovation énergétique sur un cas concret : un appartement de 50 m² dans un immeuble des années 1970 à Paris, avec un chauffage électrique et une étiquette énergétique G. Malheureusement, les solutions pour le propriétaire sont limitées, car il s’agit d’une copropriété. Certains travaux qui pourraient être tentés dépendent en effet d’un vote de l’assemblée générale (AG) des copropriétaires. Ainsi, sans l’accord des autres copropriétaires, il est impossible pour le propriétaire d’isoler son logement par l’extérieur.

Cependant, Gautier Villard, directeur de l’activité de rénovation énergétique et solaire chez Hello Watt, souligne que l’isolation est le premier poste à considérer en matière de rénovation énergétique. Dans ce cas, le propriétaire peut intervenir sur la qualité de ses fenêtres en optant pour du double vitrage, ce qui coûtera entre 800 et 1 200 euros par fenêtre. Il peut également choisir d’isoler son appartement par l’intérieur, pour un coût moyen de 70 à 100 euros par mètre carré. Cependant, isoler un mur de 4 mètres de long revient à perdre environ 0,5 m² de superficie. Cette stratégie est donc moins pertinente à Paris, où le coût du mètre carré est élevé.

En ce qui concerne le chauffage, le choix est également limité, car l’appartement est équipé d’un système de chauffage individuel. Les options sont donc de remplacer les convecteurs par des modèles plus performants, tels qu’un radiateur à inertie ou un poêle à bois, qui coûtent environ 700 euros l’unité (entre 1 000 et 1 500 euros pour un poêle), ou d’installer une pompe à chaleur (PAC) air-air, pour un coût de 3 000 à 5 000 euros. Cependant, l’installation d’une PAC est soumise à certaines contraintes techniques, car le module extérieur doit pouvoir être positionné sur un balcon ou côté cour.