Le gouvernement est prêt à assouplir certains critères d’octroi pour les crédits immobiliers

Date:

Depuis le début de l’année, la production de crédits immobiliers a connu une baisse qui commence à inquiéter jusqu’au ministère de l’Économie et des Finances. En effet, les critères imposés par le Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) depuis le 1er janvier 2022, tels que le taux d’endettement maximum de 35 % et la durée des prêts limitée à 25 ans, sont stricts et ne permettent pas beaucoup de souplesse. Cela se traduit par une diminution de la distribution de crédit, principalement en raison de la remontée des taux de crédit, qui ont plus que doublé en un an, réduisant ainsi le pouvoir d’achat des ménages.

Le ministère de l’Économie et des Finances envisage ainsi de rouvrir la discussion sur les critères d’octroi de crédit édictés par le HCSF en 2022, afin de s’assurer que ces critères n’entravent pas l’accès au crédit immobilier pour les ménages solvables. Le ministre est attentif aux remontées de terrain et veut trouver le meilleur équilibre entre stabilité financière et accès à la propriété par l’emprunt.

Les courtiers et les banquiers demandent également une révision des critères d’octroi de crédit, arguant que les investisseurs locatifs et les emprunteurs souhaitant acheter une résidence secondaire sont pénalisés par la limite du taux d’effort, surtout s’ils ont déjà un crédit en cours pour leur résidence principale. Les réflexions en cours visent à répondre à ces préoccupations tout en assurant la stabilité financière.

En réponse à ces préoccupations, des travaux d’évaluation sont en cours en collaboration avec la Banque de France, le HCSF et tous les acteurs concernés. La décision finale sera prise en concertation avec le gouverneur de la Banque de France, et le prochain HCSF est prévu en juin. L’enjeu est de trouver un équilibre qui permette l’accès au crédit immobilier tout en évitant les risques de surendettement.