Les start-up de trottinettes électriques ont été mises hors jeu par la mairie de Paris

Date:

La mairie de Paris a pris des mesures sévères contre les start-up de trottinettes électriques telles que Tier, Dott et Lime, ainsi que contre d’autres entreprises telles que Airbnb, Uber et les start-up du quick commerce comme Gorillas, Getir et Frichti, au cours des dernières années. Ces mesures ont été plus ou moins couronnées de succès.

Les Parisiens ont récemment voté massivement en faveur de l’interdiction des start-up de trottinettes en libre-service, y compris Lime, Tier et Dott. Cette interdiction prendra effet d’ici la fin août et les entreprises concernées devront retirer leurs 15 000 trottinettes de la ville. Il s’agit d’une victoire pour l’équipe municipale qui, après quatre ans et demi de relations tendues, a organisé ce scrutin sans précédent.

La maire de Paris, Anne Hidalgo, ainsi que son adjoint aux transports, David Belliard (EELV), ont tous deux exprimé leur soutien à l’arrêt de ces services. Belliard a mené une campagne encore plus agressive contre les trottinettes partagées en invoquant des raisons de sécurité, d’encombrement de l’espace public et d’impact environnemental. Il a déploré que la plupart des gens qui utilisent les trottinettes les préfèrent au vélo, à la marche ou aux transports en commun.