Les banques françaises éprouvent des difficultés à cause de l’augmentation des taux d’intérêt

Date:

La plupart des banques françaises ont connu un recul de leur activité d’assurance l’année dernière, en raison de la diminution des collectes d’assurance-vie. Cette tendance est le résultat du durcissement des politiques monétaires, qui perturbe l’équilibre du modèle français de bancassurance.

Les filiales d’assurance, qui ont servi de relais de croissance pour les banques françaises lorsque les marges de crédit étaient au plus bas, souffrent désormais de la hausse des taux d’intérêt. La baisse de l’activité est également visible chez BNP Paribas Cardif (-9 %), Crédit Agricole Assurances (-9 %) et Société Générale Assurances (-9 %).

En revanche, les Assurances du Crédit Mutuel ont vu leur activité commerciale progresser de 9,7 %, mais leur résultat net a baissé de 5,8 %. CNP Assurances a enregistré les meilleurs résultats, avec des profits nets en hausse de 25 % et un chiffre d’affaires en progression de 13,7 %, aidé par la prise de contrôle de filiales italiennes.

Cependant, si les bancassureurs continuent de croître en assurance-dommages et en protection des personnes, l’assurance-vie souffre de la volatilité des marchés financiers et de la hausse des taux d’intérêt. Cette nouvelle donne est un coup dur pour les spécialistes de l’épargne comme CNP ou Cardif, dont la collecte brute d’assurance-vie a chuté respectivement de 12 % et de 24 % à l’étranger. La collecte nette totale de l’assurance-vie a plongé chez Cardif, Crédit Agricole Assurances et Société Générale Assurances. Seules les Assurances du Crédit Mutuel passent de 0,9 à 1,5 milliard.

Cependant, l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution note que la collecte nette reste plus dynamique chez les bancassureurs que chez les autres organismes.