Hermès répond à l’explosion de la demande en ouvrant une nouvelle manufacture de luxe en Normandie

Date:

Dans le monde du luxe, la crise semble être absente. Depuis janvier, l’entreprise de maroquinerie de Louviers, un bâtiment de 6 200 m² en Normandie, construit en briques, bois et verre et conçu par l’architecte Lina Ghotmeh, est en activité et devrait accueillir jusqu’à 260 artisans à terme. La sellerie-maroquinerie est le cœur de métier d’Hermès, représentant 43 % de ses ventes en 2022, qui ont atteint 11,6 milliards d’euros.

Guillaume de Seynes, directeur général pôle amont et participations du groupe Hermès, explique que la croissance annuelle en volume est d’environ 7%. « Nous sommes sur une dynamique très forte et nous restons sur un modèle de fabrication artisanale. Pour générer de la croissance, il faut former et accroître le nombre de nos artisans », ajoute-t-il. Hermès a la particularité de recruter sans critère d’âge, de sexe ou d’expérience. Ainsi, de nombreux employés ont une expérience professionnelle antérieure.

Malgré l’augmentation de ses capacités – le groupe compte aujourd’hui 4 700 artisans pour la maroquinerie -, la demande semble toujours plus forte. « Pour le cuir, nous ne pouvons pas créer plus de 250 à 300 nouveaux postes par an car cela demande beaucoup de formations », a déclaré Axel Dumas, gérant du groupe lors de la présentation des résultats annuels. Depuis 2010, Hermès a ouvert dix maroquineries en France, portant à 4 700 le nombre d’artisans selliers-maroquiniers dans le groupe. Quatre autres projets de manufactures sont en cours.