En mars, l’inflation s’est révélée légèrement supérieure aux prévisions initiales

Date:

L’Insee a récemment annoncé une révision à la hausse de son estimation de l’inflation publiée il y a deux semaines. Selon les dernières données disponibles, ce sont les prix alimentaires qui ont eu un impact plus important sur la diminution du pouvoir d’achat des ménages, contrairement à l’estimation initiale qui avait mis en avant les prix de l’énergie.

En mars, l’inflation a été légèrement plus forte que prévu, avec une hausse de 0,9 % sur un mois et de 5,7 % sur un an. Cependant, cette tendance ne remet pas en cause le ralentissement général de l’inflation observé depuis le pic atteint en février (6,3 %). D’après l’Insee, l’inflation devrait revenir à 5 % en juin.

L’envolée des prix alimentaires a été remarquable, avec une augmentation de 15,9 % en mars, soit plus que l’estimation initiale de 14,8 %. Cette hausse concerne aussi bien les produits frais que les produits non frais tels que le pain, les céréales, la viande, le fromage, le chocolat ou les boissons.

En revanche, la hausse des prix de l’énergie a nettement ralenti en mars, avec une progression de seulement 4,9 % par rapport au mois précédent, contre 14,1 % en février. Cette diminution est due à la baisse des prix des produits pétroliers et à une décélération plus modérée des prix du gaz, compensée par une accélération des prix de l’électricité.

Enfin, les prix des produits manufacturés ont enregistré une légère hausse en mars, portée notamment par l’habillement et les chaussures, tandis que la hausse des prix des services a légèrement ralenti.