La Banque centrale européenne ne prévoit pas de réduire ses taux en réponse à la crise bancaire

Date:

La présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde, estime qu’il est encore trop tôt pour envisager une baisse des taux directeurs afin de compenser les effets de la crise bancaire actuelle. Elle a souligné la nécessité de mesurer les conséquences de cette crise avant de prendre toute décision à ce sujet. Elle s’interroge également sur la façon dont les banques réagiront et évalueront les risques pour continuer à prêter aux entreprises et aux ménages. Lagarde a expliqué que si les banques géraient bien leurs risques, cela pourrait faciliter la réduction de l’inflation, mais si elles resserrent trop le crédit, cela pourrait peser excessivement sur la croissance.

Lors de sa présence à Washington pour les réunions de printemps du FMI et de la Banque mondiale, Lagarde s’est montrée optimiste quant à la reprise économique mondiale, même si elle a averti sur les risques d’une fragmentation de l’économie mondiale en deux blocs, l’un tourné vers les Etats-Unis, l’autre vers la Chine. Elle a souligné l’importance pour les gouvernements et les banques centrales du monde entier d’adopter les bonnes politiques pour maintenir la croissance économique.

Cependant, Lagarde s’est alarmée des conséquences mondiales d’un défaut de paiement des Etats-Unis, si le Congrès américain ne parvient pas à relever le plafond de la dette. Elle a exprimé sa confiance en l’intérêt supérieur des nations pour éviter un désastre aussi grave et a exhorté les Etats-Unis à adopter les mesures nécessaires pour éviter une situation inédite de défaut de paiement dès cet été.