La reprise de l’énergie nucléaire en France pourrait générer jusqu’à 100 000 emplois d’ici les dix prochaines années

Date:

Selon un rapport remis au gouvernement par le syndicat professionnel des entreprises du nucléaire (Gifen), la construction de six nouveaux réacteurs de type EPR d’ici la fin 2027 en France nécessiterait une augmentation de 25 % des effectifs de la filière nucléaire, soit environ 60 000 recrutements équivalents temps plein sur les dix prochaines années.

Le rapport envisage même un scénario plus ambitieux avec environ 100 000 recrutements équivalents temps plein dans l’ensemble de la filière nucléaire. Les recrutements devront être réalisés principalement par les PME et ETI qui travaillent pour le nucléaire en France, car les grandes entreprises du secteur ne prévoient qu’une augmentation de 9 % de leur nombre de salariés en dix ans. Les métiers les plus sollicités incluent la forge-fonderie, le contrôle-commande, la chaudronnerie et les machines tournantes.

Cependant, certains métiers, tels que la ventilation, nécessiteront une augmentation de personnel à des moments spécifiques. Le rapport du Gifen souligne que l’anticipation de ces recrutements est cruciale pour la formation des nouvelles recrues, mais cela représente un coût que tous les sous-traitants ne peuvent pas assumer. Par conséquent, le rapport suggère que les acteurs publics (Bpifrance, la Caisse des dépôts…) participent au financement de l’augmentation de personnel nécessaire pour éviter que les PME et ETI ne mettent en danger leur bilan financier.