Casino et Rallye s’attaquent au grand projet de restructuration de leurs dettes

Date:

La holding de Casino, Rallye, a sollicité une procédure de mandat ad hoc pour renégocier sa dette auprès de ses créanciers, car si Casino venait à entrer en conciliation pour régler sa propre dette, Rallye serait considéré en défaut.

Cette décision fait suite aux annonces de Casino concernant une augmentation de capital de 1,1 milliard d’euros proposée par Daniel Kretinsky et l’avancée du projet Teract avec l’appui d’Intermarché. Rallye, qui détient 51 % de Casino, a annoncé l’ouverture de procédures de mandat ad hoc pour trois mois renouvelables. Les procédures visent à renégocier la dette de Rallye avec ses créanciers sécurisés, qui détiennent 11,7 % du capital de Casino et dont les créances sont garanties par des actions de Casino placées en fiducie sûreté.

Ces procédures interviennent alors que Casino envisage une conciliation avec ses propres détenteurs de dette. Si une telle conciliation était entreprise, elle constituerait un cas de défaut au titre de dettes de Rallye sécurisées. La dette de Rallye s’élève à environ 3 milliards d’euros, auxquels s’ajoutent 400 millions pour les holdings de tête. La dette de Casino, quant à elle, est de 6,5 milliards, dont 4,5 milliards pour la France. Rallye avait déjà annoncé solliciter ses créanciers avant l’ouverture de la procédure de mandat ad hoc. Si un accord amiable n’est pas trouvé avec les créanciers de Casino, la conciliation pourrait être facilitée par les propositions de Kretinsky et de Teract – Intermarché, et les conciliateurs nommés par le Tribunal de commerce auraient alors cinq mois pour trouver un accord avec eux.