IBM envisage de remplacer une partie de son personnel administratif par l’intelligence artificielle

Date:

Le PDG d’IBM envisage de réduire considérablement le personnel administratif du géant informatique en raison du potentiel de l’intelligence artificielle (IA) et des technologies d’automatisation. De son côté, la Maison Blanche a invité les dirigeants des entreprises les plus avancées en matière d’IA à une discussion franche sur les risques liés à ces technologies, afin de s’assurer que le peuple américain bénéficie des avancées de l’IA tout en étant protégé des dangers potentiels.

D’un côté, certaines entreprises comme Samsung demandent à leurs employés de ne plus utiliser ChatGPT pour des raisons de sécurité, tandis que d’autres envisagent de se séparer d’une partie de leur personnel en raison du potentiel de l’IA, comme IBM. Le PDG d’IBM estime qu’environ 30 % de ses 26 000 employés administratifs pourraient facilement être remplacés par l’IA et l’automatisation au cours des cinq prochaines années. Le département administratif représente une fraction des quelque 260 000 salariés du groupe américain et IBM prévoit donc un gel des recrutements dans ce département.

IBM se concentre sur les postes qui génèrent des revenus et est très sélectif quant aux positions qui ne concernent pas directement ses clients ou la technologie. Comme de nombreuses entreprises de la tech, IBM a mis en place un plan social cet hiver et devrait licencier 5 000 employés au total, mais a en même temps embauché 7 000 personnes au premier trimestre.

OpenAI, le pionnier de l’IA générative, a démontré avec son interface ChatGPT et d’autres outils que ces nouvelles technologies sont capables de rédiger des e-mails, de créer des sites web, de générer des lignes de code, et, en général, d’exécuter de nombreuses tâches répétitives. En mars, une étude de Goldman Sachs a affirmé que quelque 300 millions d’emplois pourraient être remplacés par l’automatisation informatique et l’IA, ce qui préoccupe la Maison Blanche.

La Maison Blanche a donc invité les dirigeants des entreprises les plus avancées dans l’IA – Google, Microsoft, OpenAI et Anthropic – à discuter des risques liés à ces technologies, avec plusieurs membres du gouvernement, dont la vice-présidente Kamala Harris. Les dirigeants de ces entreprises doivent discuter des mesures à prendre pour réduire ces risques et de la façon de travailler ensemble pour assurer que le peuple américain bénéficie des avancées de l’IA tout en étant protégé des dangers. Le gouvernement souhaite également envisager des mesures pour réduire ces risques et promouvoir une innovation responsable, éthique et digne de confiance. Des entretiens sont également en cours avec divers chercheurs, sociétés et ONG pour nourrir la réflexion sur l’IA.