La Bourse adopte une attitude prudente en prévision du plafond de la dette américaine

Date:

Les opérateurs font preuve de prudence alors que de nombreuses statistiques sont attendues en Europe et aux États-Unis. Une réunion entre Joe Biden et les leaders démocrates et républicains du Congrès pour discuter du plafond de la dette américaine est également en ligne de mire.

La Bourse de Paris commence la séance de mardi avec prudence, le CAC 40 perdant 0,27% en début de journée, s’établissant à 7 400,89 points. De nombreuses statistiques sont prévues pour la journée et les premières données en provenance de Chine ne sont pas rassurantes. En avril, la production industrielle n’a augmenté que de 5,6% par rapport à l’année précédente, soit deux fois moins que les attentes de 10,9%, après une hausse de 3,9% en mars. Les ventes au détail ont augmenté de 18,4%, mais on s’attendait à une augmentation de 21,9% selon le consensus Bloomberg. Cela suscite des interrogations sur le rythme de la reprise économique dans le pays.

Dans la journée, nous attendons également la deuxième estimation du PIB de la zone euro pour le premier trimestre, ainsi que l’indice ZEW du sentiment des investisseurs et des analystes financiers en Allemagne pour le mois de mai. L’après-midi, aux États-Unis, nous prendrons connaissance des ventes au détail et de la production industrielle d’avril. Nous suivrons également les stocks des entreprises pour le mois de mars et l’indice NAHB de la confiance des constructeurs immobiliers de mai.

« Nous sommes loin de pouvoir trouver un terrain d’entente » Le sujet épineux du jour concerne également le plafond de la dette américaine. « C’est un peu comme un jeu d’attente », a déclaré Keith Buchanan de Globalt Investments à CNBC. « Chaque jour qui passe, chaque report… Chaque jour sans nouveau développement… Dans ces conditions, il est difficile pour les marchés de trouver des catalyseurs. » Bien que la secrétaire au Trésor, Janet Yellen, ait laissé entendre ce week-end dans le Wall Street Journal que le pays est en mesure d’éviter une pénurie d’argent pour payer ses factures, c’est ce mardi que Joe Biden rencontrera à nouveau les deux parties républicaine et démocrate pour discuter de progrès concrets.

Alors que le président américain se montre optimiste quant à la possibilité de parvenir à un accord avec les républicains pour relever ou suspendre le plafond de la dette, Kevin McCarthy, le chef de la Chambre des représentants au Congrès, a déclaré sur NBC News que les démocrates ne sont pas « sérieux » dans les négociations. « Il me semble qu’ils ne veulent pas encore parvenir à un accord, nous sommes loin de pouvoir trouver un terrain d’entente », a-t-il déclaré. La date limite est fixée au 1er juin, selon Janet Yellen.