Les traders se précipitent sur le jus d’orange, une matière première plus lucrative que le pétrole

Date:

La baisse de la production d’oranges aux États-Unis a entraîné une hausse des prix du jus d’orange, offrant des bénéfices juteux à un petit nombre de traders. Avec l’augmentation des prix du sucre, du café et du cacao, le coût du petit-déjeuner devrait augmenter en 2023.

L’orange est devenue la nouvelle matière première préférée des traders et spéculateurs, supplantant même le pétrole. Suite à un ouragan en septembre, la production américaine en Floride a chuté, ce qui a fait grimper les prix et a augmenté le risque de pénurie. Les Américains et les Européens ressentiront cette hausse sur le prix de leur petit-déjeuner. Le cours du jus d’orange a augmenté jusqu’à 43 % cette année avant de baisser, ce qui représente une augmentation de 31 %, soit quatre fois plus que l’or.

Il s’agit de la matière première la plus performante cette année, devant le sucre (+29 %), le cacao (+18 %) et le café (+15 %). La plupart des autres matières premières sont en baisse cette année, notamment le pétrole qui a perdu 12 % en raison des fortes positions spéculatives à la baisse prises par les hedge funds et les traders. Depuis 2022, le jus d’orange a connu une augmentation de 70 %, le plaçant en tête en termes de performance des matières premières, selon les données de l’Intercontinental Exchange (ICE), le marché où il est coté.

En règle générale, le cours du jus d’orange suit des mouvements saisonniers. Il a tendance à augmenter en novembre, lorsque les traders anticipent des contrats sur le jus d’orange en raison de la crainte d’un hiver rigoureux compromettant la récolte et faisant augmenter les prix. En janvier, les prix ont tendance à baisser car les traders vendent leurs positions et réalisent leurs bénéfices. Lorsque les températures chutent près de zéro, les marchés sont en alerte car le risque de compromettre toute la récolte augmente, ce qui fait grimper les prix.

Les producteurs et les négociants de jus d’orange sont majoritairement vendeurs, représentant 87 % de leurs positions sur le marché, selon les chiffres de mai de la Commodity Futures Trading Commission (CFTC), l’organisme de réglementation des marchés à terme. Ils ont vendu moins de quantité mais à des prix plus élevés. En revanche, les banques, les sociétés de gestion, les firmes de trading et les hedge funds sont massivement acheteurs, représentant près de 90 % de leur activité.

Ce sont ces quelques acteurs financiers (une vingtaine de sociétés) qui ont le plus contribué à l’envolée des prix et ont réalisé d’importants bénéfices. Les volumes sur le marché du jus d’orange restent cependant modestes par rapport à ceux traités sur le sucre, le café, le cacao et le coton. Il y a sept fois moins de traders que sur le marché du blé.