Cette année, les investissements dans le solaire vont surpasser ceux consacrés à l’extraction pétrolière.

Date:

Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), l’investissement dans les technologies décarbonées devrait atteindre 1 700 milliards de dollars en 2023, poussé par les crises énergétique et climatique. Cependant, malgré cette tendance positive, les énergies fossiles continuent de séduire.

Le rapport de l’AIE souligne une accélération des investissements dans les énergies bas carbone, avec le solaire en tête, prêt à dépasser les montants consacrés à l’extraction pétrolière en 2023. Néanmoins, l’AIE anticipe également un « rebond » des financements des combustibles fossiles.

Le rapport annuel de l’AIE consacré aux investissements dans l’énergie révèle que sur les 1 700 milliards de dollars d’investissements prévus en 2023, environ 1 000 milliards iront aux secteurs du pétrole, du gaz et du charbon.

Ces investissements concernent principalement les énergies renouvelables (éolien, solaire, etc.), le nucléaire, les voitures électriques, les pompes à chaleur, et devraient augmenter de 24 % par an entre 2021 et 2023. Dans le même temps, les montants alloués aux hydrocarbures et au charbon devraient également augmenter de 15 % annuellement.

Le rapport met en évidence une explosion des investissements dans le solaire. Les experts de l’AIE estiment que plus d’un milliard de dollars par jour devraient être investis dans le solaire en 2023, soit un total de 380 milliards pour l’année, dépassant ainsi pour la première fois les investissements dans la production pétrolière. Environ 370 milliards de dollars sont prévus pour l’exploration et l’extraction pétrolières.

Le directeur de l’AIE, Fatih Birol, se réjouit de la progression rapide de l’énergie propre, affirmant qu’environ 1,7 dollar est investi dans les énergies propres pour chaque dollar investi dans les énergies fossiles. Il y a cinq ans, ce ratio était de 1 pour 1.

Par ailleurs, l’AIE constate que 90 % de l’investissement mondial dans la production électrique est désormais réalisé à travers des technologies bas carbone. La volatilité des prix des énergies fossiles, amplifiée par la guerre en Ukraine, ainsi que les mesures de soutien adoptées par l’Union européenne, la Chine, le Japon et les États-Unis, ont renforcé cette tendance.

Cependant, l’AIE met en garde contre l’ultra-domination de la Chine et des économies avancées dans ce mouvement. Si certains pays connaissent des avancées dans le solaire (comme l’Inde, le Brésil et le Moyen-Orient), d’autres peinent à investir dans ce domaine, ce qui nécessite une mobilisation internationale selon l’agence.