Une gigafactory en préparation pour Jaguar Land Rover, soulagement au Royaume-Uni

Date:

Le groupe Tata, propriétaire de Jaguar Land Rover, pourrait bientôt annoncer un investissement majeur dans la construction d’une « giga-usine » de batteries. Si cette annonce se confirme, ce serait une véritable bouffée d’oxygène pour l’industrie automobile britannique.

La situation semble s’éclaircir pour le secteur automobile britannique. Le Royaume-Uni serait sur le point de bénéficier d’un nouvel investissement d’envergure dans le domaine des batteries, une composante jugée essentielle pour préserver la production automobile du pays.

Selon les informations de la BBC, le Premier ministre Rishi Sunak doit rencontrer la semaine prochaine le président de Tata, la maison mère de Jaguar Land Rover, afin de finaliser cet investissement qui pourrait être l’un des plus importants réalisés au Royaume-Uni depuis l’arrivée des constructeurs automobiles japonais dans les années 1980.

Des aides massives sont prévues Cette nouvelle usine de batteries électriques serait la deuxième implantée outre-Manche, en plus de celle d’AESC Envision destinée à approvisionner l’usine Nissan de Sunderland. Le site de production serait construit à Bridgewater, dans le Somerset, au sud-ouest de l’Angleterre, et entraînerait la création de 9 000 emplois.

Malgré les importantes aides financières prévues par l’Union européenne dans le cadre de sa réponse aux subventions américaines, Tata aurait préféré la Grande-Bretagne à l’Espagne, où la construction de son usine avait également été envisagée. Le gouvernement britannique aurait lui aussi proposé des aides considérables pour convaincre Tata d’implanter son usine sur le sol britannique.

Selon le journal « The Guardian », le ministre des Finances, Jeremy Hunt, aurait offert 500 millions de livres sterling de subventions en espèces, des réductions sur les prix de l’énergie ainsi que des investissements dans les réseaux électriques et de transport. Le gouvernement aurait également proposé à Tata une enveloppe de 300 millions de livres sterling pour moderniser son usine de Port Talbot au Pays de Galles.

Des investissements stratégiques Ces investissements sont considérés comme stratégiques pour préserver à long terme la production automobile britannique, après plusieurs revers récents, notamment la faillite de Britishvolt.

Depuis le Brexit, le constructeur automobile japonais Honda a fermé son usine de Swindon en 2021 et BMW a annoncé le transfert de la production de sa Mini électrique en Chine. Le groupe Stellantis a récemment tiré la sonnette d’alarme en indiquant qu’il pourrait fermer son usine d’Ellesmere Port si les règles post-Brexit n’étaient pas renégociées.