Casino entame une procédure de conciliation pour sa dette avant l’arrivée d’Intermarché parmi ses actionnaires

Date:

Le groupe de grande distribution Casino a annoncé vendredi qu’il avait obtenu l’ouverture d’une procédure de conciliation avec ses créanciers auprès du tribunal de commerce de Paris. De plus, Casino a conclu un accord avec le groupement Les Mousquetaires concernant sa future entrée au capital de l’entreprise.

Le tribunal a désigné les avocats Marc Sénéchal et Aurélia Perdereau en tant que conciliateurs et a mis fin aux procédures de mandat ad hoc qui avaient été ouvertes fin avril, sans aboutir à des discussions concluantes entre Casino et ses créanciers.

Cette procédure de conciliation, d’une durée de quatre mois avec la possibilité d’une prolongation d’un mois, vise à permettre à Casino de parvenir à un accord amiable avec ses créanciers pour la restructuration de sa dette, dans un cadre juridique plus protecteur. À la fin du mois de mars dernier, la dette financière brute du distributeur s’élevait à 6,23 milliards d’euros.

Le groupe a précisé dans un communiqué que cette procédure de conciliation concerne uniquement la dette financière de la société Casino Guichard-Perrachon SA et de certaines de ses filiales, et n’affectera en aucun cas les relations du groupe avec ses partenaires opérationnels, notamment ses fournisseurs, et les employés.

La cotation de l’action Casino, qui avait été suspendue depuis lundi, a repris vendredi. Le cours de l’action a baissé de 8,8% en début de matinée, atteignant 6,17 euros.

Les parties continueront à étudier l’offre de refinancement proposée par Daniel Kretinsky le 24 avril dernier. Cette offre prévoit une augmentation de capital réservée de 750 millions d’euros via la société EP Global, contrôlée par Daniel Kretinsky, ainsi qu’une contribution de 150 millions d’euros de la part de la société Fimalac. Les actionnaires existants du distributeur contribueraient également à hauteur de 200 millions d’euros à cette recapitalisation, par le biais d’une émission d’actions avec maintien du droit préférentiel de souscription. Au total, l’apport en capital frais s’élèverait à 1,1 milliard d’euros.

Bien que conscient de la situation difficile dans laquelle se trouve le groupe et son PDG, Jean-Charles Naouri, Daniel Kretinsky, qui détient déjà 10% du capital de Casino, n’est pas le seul acteur en lice. En effet, le groupement Les Mousquetaires, exploitant des magasins Intermarché, a rejoint les discussions engagées en mars par Casino et Teract, une filiale du groupe coopératif agricole français InVivo, en vue d’une collaboration pour leurs activités de distribution en France.