Check & Visit, la start-up qui révolutionne les états des lieux

Date:

Une proptech spécialisée dans l’automatisation des états des lieux, Check & Visit, vient d’annoncer une levée de fonds de 12,5 millions d’euros, dont environ 10 millions en capital-actions.

Si la French Tech propose déjà des visites virtuelles, des plateformes de gestion et des assurances locatives, elle n’avait pas encore de solution pour l’automatisation des états des lieux, une activité fondamentale dans ce domaine. Check & Visit, une start-up fondée en 2018, se charge de réaliser des états des lieux pour le compte de propriétaires, qu’ils soient particuliers ou professionnels, en s’appuyant sur une équipe de 350 indépendants et quelques salariés.

À l’issue de cette prestation, les clients obtiennent une visite virtuelle, un reportage photo et une modélisation 3D de leur bien immobilier. Toutes ces données sont accessibles via une application permettant aux clients d’avoir une vue d’ensemble de leurs biens et de les mettre à jour en cas de dégradations, par exemple.

Au-delà de la mission principale d’état des lieux, la start-up profite de cette occasion pour collecter des données utiles à ses clients, tels que des agences immobilières, des administrateurs de biens, des bailleurs sociaux ou des particuliers. Check & Visit compte actuellement 400 clients, regroupant ainsi 1 500 professionnels de l’immobilier, sans préciser son chiffre d’affaires.

Pour accélérer son développement, la start-up annonce une levée de fonds de 12,5 millions d’euros, dont 10 millions en capital-actions. Ce tour de financement, qui dépasse les attentes initiales de la start-up qui visait environ 7 millions d’euros, a été mené par des investisseurs tels qu’Amavi, Axeleo Capital Proptech I, EuroBIM, Realty Corporation, Breizh Up, CapHorn, Anaxago et Kima Ventures.

Après plusieurs années à développer sa technologie, Check & Visit prévoit d’élargir son champ d’action en s’attaquant à l’un des enjeux majeurs pour les gestionnaires d’actifs : les passoires énergétiques, qui progressivement ne seront plus autorisées à la location.

La start-up souhaite intégrer les données des diagnostics de performance énergétique (DPE), réalisés par des diagnostiqueurs et généralement envoyés sous forme de fichiers PDF, avec celles collectées lors des états des lieux. Cette combinaison permettra d’obtenir une vue d’ensemble des logements présentant une mauvaise note en matière de performance énergétique et de fournir des informations détaillées, telles que l’état des fenêtres, par exemple.

Thibault Le Treut, cofondateur de la start-up, qui dirige une équipe de 75 personnes réparties entre Rennes, Paris, Nantes et Biarritz, prévoit également d’effectuer quelques acquisitions technologiques pour renforcer l’offre de Check & Visit. Il explique que malgré la crise financière, des start-up intéressantes ont cherché à collaborer avec eux, et bien qu’aucune opportunité ne se soit présentée jusqu’à présent, ils restent attentifs aux possibilités