La start-up Neuralink, appartenant à Elon Musk, a obtenu l’autorisation de procéder à des essais de ses implants cérébraux sur des individus

Date:

La start-up dirigée par Elon Musk a annoncé avoir obtenu l’approbation des autorités sanitaires américaines pour la phase de test de ses implants cérébraux connectés sur des êtres humains. Neuralink, entreprise californienne appartenant à Musk, considère cette autorisation comme une étape cruciale ouvrant la voie à un futur où sa technologie pourra aider de nombreuses personnes. La société a souligné sur Twitter que le recrutement des participants aux essais cliniques n’a pas encore commencé.

Initialement conçus pour les personnes souffrant de handicaps ou de maladies neurologiques, ces appareils implantés dans le cerveau permettent une communication directe avec les ordinateurs par la pensée. L’objectif ultime de Neuralink est de rendre ces implants suffisamment sûrs et fiables pour qu’ils puissent être utilisés dans des interventions chirurgicales électives, offrant ainsi aux individus la possibilité d’augmenter les capacités de leur cerveau moyennant quelques milliers de dollars.

Pour Elon Musk, ces implants représentent un moyen pour l’humanité d’atteindre une « symbiose avec l’intelligence artificielle ». Il a exprimé cette vision lors de la conférence annuelle de Neuralink en 2020, craignant que les systèmes d’intelligence artificielle ne surpassent les capacités humaines et ne prennent le contrôle.

Jusqu’à présent, les prototypes de ces implants, de la taille d’une petite pièce de monnaie, ont été testés sur des animaux. Des singes ont ainsi démontré leur capacité à jouer à des jeux vidéo ou à « écrire » des mots sur un écran en suivant simplement le mouvement du curseur avec leurs yeux.

Parallèlement, d’autres avancées ont été réalisées par Neuralink, notamment dans le domaine de la robotique chirurgicale et du développement d’implants destinés à la moelle épinière ou aux yeux afin de restaurer la mobilité et la vision.

D’autres entreprises, telles que Synchron, travaillent également sur des interfaces cerveau-ordinateur permettant le contrôle par la pensée. En juillet 2022, Synchron a annoncé avoir implanté la première interface cerveau-machine aux États-Unis, offrant ainsi aux personnes atteintes de maladies ou de blessures la capacité de communiquer ou de naviguer sur Internet grâce à leurs yeux et à leur cerveau.

Ces avancées technologiques ouvrent des perspectives prometteuses en matière de communication entre le cerveau humain et les machines, mais soulèvent également des questions éthiques et des préoccupations quant à la sécurité et à la protection des données personnelles.