TotalEnergies maintient sa stratégie climatique malgré les tensions

Date:

Malgré son adoption rejetée, la résolution climatique présentée par une minorité d’actionnaires a suscité l’adhésion de 30 % des votants lors de l’assemblée générale, qui a été perturbée par des manifestations. Ce score significatif témoigne de l’importance accordée à cette résolution.

Malgré les appels à bloquer l’assemblée générale des actionnaires de TotalEnergies lancés par plusieurs organisations, celle-ci a bien eu lieu. Le groupe pétrolier a tenté de défendre ses positions de plus en plus critiquées, notamment en matière de climat, de stratégie et de rémunération de son PDG, Patrick Pouyanné.

La résolution la plus attendue a été déposée par un groupe de 17 actionnaires, parmi lesquels Edmond de Rothschild AM, Tocqueville Finance (La Banque Postale AM), La Financière de l’Echiquier et Sycomore AM. Elle proposait d’aligner les objectifs de réduction des émissions de scope 3 sur les accords de Paris d’ici 2030. Bien qu’elle n’ait pas obtenu le soutien du conseil d’administration et qu’elle ait été rejetée, elle a obtenu un score significatif de 30,44 %.

Le vote de BNPP AM en faveur de la résolution des actionnaires a été supérieur aux attentes, atteignant environ 20 %. Ce score est bien plus élevé que ceux obtenus pour des résolutions similaires aux assemblées générales de Shell (20,19 %) et de BP (16,75 %). Bertille Knuckey, de Sycomore AM, ajoute : « L’adhésion des actionnaires est bien plus élevée qu’en 2020 pour une résolution équivalente de TotalEnergies, qui n’avait remporté que 16 % des votes ».

Contrairement aux résolutions précédentes et à celles de Shell et BP, cette résolution était en réalité consultative et n’aurait pas rendu obligatoire l’alignement aux accords de Paris. Cela explique la plus grande adhésion des investisseurs et le soutien de l’agence de vote ISS en sa faveur.

Les avis des gestionnaires d’actifs divergent. BNPP AM a voté en faveur de la résolution des actionnaires, demandant à TotalEnergies d’adopter des objectifs d’émissions indirectes (scope 3) alignés sur l’Accord de Paris sur le climat. En revanche, Carmignac a voté contre cette résolution, craignant les effets néfastes qu’elle pourrait entraîner, notamment la vente des actifs du groupe à des acteurs moins responsables. La société de gestion a également critiqué la stratégie de transition climatique de TotalEnergies, la jugeant insuffisamment ambitieuse en raison de l’observation d’une pause dans les investissements bas carbone. La stratégie climat de TotalEnergies a été validée par 88,76 % des actionnaires.