Les jeunes entreprises se lancent dans l’e-commerce BtoB

Date:

La start-up Djust a récemment conclu une série A de 12 millions d’euros, avec la participation du fonds américain NEA et d’Elaia Partners. Cette entreprise se démarque dans le secteur en ciblant principalement le marché BtoB, ce qui en fait l’une des rares start-up à se concentrer sur cette niche.

Dans le domaine du commerce électronique, les start-up ont principalement pour objectif d’équiper les marques et les commerçants en ligne qui s’adressent au grand public. Cependant, le segment du BtoB reste en retard. Pourtant, selon la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), les ventes de commerce électronique dans ce domaine ont augmenté d’environ 20 % en France en 2022 par rapport à 2021. De plus, une étude de Xerfi souligne une croissance de 94 % des achats BtoB en ligne au cours des cinq dernières années.

La jeune pousse Djust a choisi une approche stratégique en se spécialisant dans le développement de plateformes de commerce BtoB en ligne. Cette année, elle prévoit de se développer à l’échelle internationale. Djust accompagne des acteurs tels que Bouygues, Eiffage, Monoprix et Franprix, ainsi que des PME, comptant déjà une vingtaine de clients. Ce secteur présente des défis plus complexes et moins harmonisés que le BtoC, notamment en ce qui concerne les catalogues variés, les moyens de paiement et les commandes de grande envergure.

La concurrence est rude, avec des acteurs tels que Salesforce, Shopify et d’autres, mais ceux-ci se concentrent principalement sur le BtoC. Si ces entreprises se tournaient davantage vers le BtoB, l’entrepreneur djust souligne que la majeure partie de leur portefeuille est constituée de clients ciblant les particuliers et qu’il leur est difficile d’innover dans le commerce électronique professionnel.

En France, une autre jeune pousse, Catalog, issue du studio de start-up Hexa (anciennement eFounders), émerge également dans ce domaine. Bien qu’elle soit encore discrète et très récente, elle vise à fournir des outils aux PME pour faciliter les relations avec leurs acheteurs et créer de nouvelles sources de revenus.

Le financement d’outils dans le secteur du commerce électronique BtoB est jugé intéressant par les investisseurs, car ces dernières années ont été marquées par d’importants changements d’habitudes, ce qui a permis de faire connaître des services et des expériences à forte valeur ajoutée. Parmi les exemples, on peut citer Stockly, une start-up spécialisée dans la gestion des stocks entre les commerçants en ligne et les fournisseurs, qui compte quelques commerçants professionnels parmi ses clients.

En outre, des fintechs se sont également lancées pour répondre aux besoins de paiement dans le BtoB, telles que Hokodo, spécialisée dans le paiement fractionné sur ce segment, et Alma, qui se diversifie également dans le BtoB.